French

Penser la Grande Guerre à partir de l’expérience allemande

August 5th, 2014

 Article paru dans la revue Esprit (août-septembre 2014), pp. 110-113.  C.f.  Penser la Grande Guerre: Grande Guerre dans Esprit

La Grande Guerre marque en Allemagne marque une rupture plus profonde que l’on ne l’imagine.  Il n’y a de comparaison historique qu’avec la Révolution de 1989 si l’on reprend l’échelle d’analyse proposée jadis par Furet dans Penser la révolution française.  Relecture donc de cette guerre et de ses présupposées et de ses reflects idéologiques à partir du grand livre de Herfried Münkler.  

Voir le lien ci-dessus à la revue Esprit.  Ou bien, ce lien: http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ESPRI_1408_0110 

Une version anglaise paraîtra dans la revue en ligne Logos  (www.logosjoural.com; et une traduction espagnole est prévue dans la revue La Maleta de Port Bou (http://www.lamaletadeportbou.com)

“Il faut “renouer avec le politique”

November 12th, 2013

Interview of Dick Howard by Marc-Olivier Behrer for Le Monde (le 4 novembre 2013).  Regards sur la France contemporaine, sa politique, sa culture, et sa philosophie.  Mise en oeuvre d’un point de vue comparative.  Et esquisse de plusieurs thèmes qui mérite discussion à la lumière du “shutdown” gouvernemental américain et sentiment de crise non maîtrisée en France.  Notamment la distinction d’une démocratie républicaine d’une république démocratique.

Lire la page entière du Monde:  Monde, lisible…

Lire cette page dans un format plus agréable:  Monde, imprimé

À une semaine de la convention républicaine

August 23rd, 2012

Commentaire hebdomadaire à Radio Canada, “C’est bien meilleur le matin”, du 22 août.

Résultats de la précampagne, nomination de Paul Ryan, dilemmes à venir (dont l’affaire Akin qui met en question les rapports des républicaines avec l’électorat féminin).  Jeux rhétoriques des propos de Paul Ryan, peut-on y croire?  Enfin, réponses à attendre de la convention démocrate du 4 au 6 septembre!

Écouter:  À une semaine de la convention républicain

Lire le texte:  Le 22 août 2012

Le président peut-il assassiner préventivement ses ennemis?

July 25th, 2012

La campagne électoral américaine vole bas.  Mitt Romney change le sujet; il va visiter la Pologne, l’Israel et l’Angleterre pour se montrer dans les cours des grands.  Et pour critiquer Barack Obama.  Mais existe-t-il une “doctrine Obama”?  C’est une question qui se pose à partir de deux livres récents:  James Mann, The Obamians et David E. Sanger, Confront and Conceal.  Deux points importants:  les “Obamians” se distinguent de l’ancien establishment démocrate du fait que c’est l’Irak plutôt que le Vietnam qui est leur hantise.  C’est la thèse de James Mann.  D’autre part, David Sanger insiste sur les mesures préventives, qu’il s’agisse de l’utilisation des drones (et l’assassinat de Bin Laden) ou de la cyber-guerre (“Stuxnet”) utilisée contre l’Iran.  Reste la question, y a-t-il une Doctrine Obama?

Lire:  Le président peut-il assassiner préventivement ses ennemis?

 

L’été des Super-Pacs

July 13th, 2012

Après une semaine marquée par une vague de chaleur sans précédent au Centre-est du pays, et des feux dévastateurs à l’Ouest, le Congrès est rentré de vacances et le président revenu de quelques jours de campagne et on peut s’attendre à la poursuite du théâtre kabuki. La majorité Républicaine à la Chambre propose, pour la 31ème fois, l’annulation de la réforme du système de santé dont la Cour a validé la constitutionalité avant de prendre ses quartiers d’été.  Cette proposition n’a aucune chance d’être acceptée par le Sénat.  Du côté présidentiel, Barack Obama fait face à un problème plus pressant : l’expiration programmée des réductions massive d’impôts votées par le gouvernement Bush.  Mais sa proposition de les maintenir pour les revenus en dessous de 250,000 dollars n’est qu’une manière de se positionner vis-à-vis de son opposant Républicain de novembre. Autrement dit, on va passer l’été à définir, à classer et à étiqueter son opposant.  Et comme il n’est pas bienséant de s’attaquer directement à la personne de l’autre, cette politique-là se fera par Super-Pacs interposé.  Commence maintenant l’été des Super-Pacs et le combat pour étiqueter l’autre. Read on…

Deux non-événements dans la campagne

May 26th, 2012

Échec d’Americans Elect, impossibilité de créer un troisième parti centriste, représentant des opinions indépendantes des dites “classes moyennes”.  Ils avaient tout pour plaire, et pourtant, la réalité est ailleurs– et non sans raisons.  Deuxième non-évenement: Camp David, puis Chicago– G-8 et G-20– et le fait que le “tournant” asiatique de la politique étrangère américaine n’a pas eu lieu… pour le moment.  Mais Angela Merkel, est-elle sur le même longueur d’ondes avec Obama?  Publié dans Boulevard Extérieur.

Lire:  Deux non-événements dans la campagne électoral

La campagne d’Obama est lancée

May 6th, 2012

Analyse parue sur le site de Boulevard Extérieur de la semaine du 1er mai 2012.

lire:  La campagne d’Obama est lancée

Un parallèle intéressant: Tuerie de Toulouse et assassinat de Sanford, USA

April 6th, 2012

Voici l’émission de mercredi 4 avril, après deux semaines en France.  La distinction US-France devient claire à partir de ces deux événements.  Et cela m’amène à revenir sur la Cour suprême et la question d’Obamacare.  Une perspective peut-être différente.  Enfin, dans la version écrite (coupée par les actualités canadiennes), des réfléxions sur la remontée d’Obama, surtout chez des femmes et des indépendents.

écouter:Un parallèle intéressant

lire:   Le 4 avril 2012

Mississippi et Alabama: Santorum gagnant. Commentaire de la semaine du 14 mars

March 14th, 2012

Écouter: Mississippi et Alabama: Santorum gagnant

Lire: Le 14 mars 2012

 

Voici le commentaire hebdomadaire présenté le 14 mars.  Il s’agit d’expliquer le contexte des primaires de Mississippi et Alabama.

Pourquoi Romney est-il considéré comme le vainqueur quasi certain?  Son organisation bien huilée peut pourtant jouer contre lui dans l’actuel climat populiste.  Néanmoins, il mène la danse avec 469 délégués, Santorum n’en a que la moitié (Gingrich la moitié de cette moitié, Ron Paul encore une moitié.  Romney a deux choix:  faire comme s’il est déjà le candidat et s’attaquer à Obama; ou bien courir à la recherche de délégués.  Ses victoires la semaine passée à Guam, aux îles Mariana et les îles Vierges suggèrent qu’il continue à chercher la victoire.

Mais la popularité de Romney chez les républicaines durs laisse à désirer.   En 2008, le parti, qui avait choisi le “modéré” John McCain, a perdu l’élection.  C’est un des atouts de Santorum.  Mais il est toujours concurrencé par Newt Gingrich.  Pour comprendre celui-ci, il faut se souvenir qu’il était le leader qui conduisait son parti à la majorité en 1994, mettant fin à 50 ans dans le désert.  Gingrich n’abandonnera sans doute pas…à moins que son Super Pac l’abandonne.

Alors, justement, l’histoire des Super Pacs doit être rappelée.  Cela débute avec Buckley v. Valleo en 1776:  dépenser l’argent, c’est faire usage de sa liberté de parole.  En 2010, Citizens United autorise selon un principe similaire la création des Super Pacs, en principe (mais seulement en principe) indépendants du candidat.  Le problème, c’est qu’alors que le citoyen ordinaire ne peut contribuer que $2500 au candidat de son choix, il n’y a pas de limite des contributions aux Super Pacs (dans le cas de Gingrich, un couple, les Adelman, ont contribué 10 millions de dollars).  Et cet argent est utilisé surtout à faire des spots négatifs, ce qui explique que la campagne est extrêmement vicieuse.

Enfin, la “victoire” de Santorum:  dans le Mississippi, l’état le plus conservateur de l’Union, où 7 électeurs sur 10 sont des évangéliques ne surprend pas.  L’Alabama est pareille.  Un démocrate n’aurait aucune chance en novembre.  Chez les républicaines, l’enjeu est de bloquer Romney, de sorte que la Convention elle-même décide du candidat.  Or, la dernière fois qu’on en était arrivé là, c’était 1976, lorsque Regan défiait Gerald Ford.  Ford fut nommé tout de même… et fut battu.  Le résultat:  une droitisation du parti républicain dont l’aile progressiste est disparu, et la victoire de Reagan en 1980.  Ma question:  si Romney passe, puis perd, va-t-on vers un schéma similaire?

À noter:  dans le commentaire écrit, quelques réflexions sur la situation d’Obama…

La campagne républicaine vue par les démocrates

February 22nd, 2012

Voici le commentaire hebdomadaire, qui part de la montée inattendue de Rick Santorum.  Comment les démocrates vont-ils réagir?  Qu’est-ce que cela augure pour la campagne de l’automne?  Obama était à Milwaukee, pour faire l’éloge de l’ “insourcing” (relocalisation); puis chez Boeing, pour faire l’éloge de la technologie, enfin en Californie pour se concentrer sur “le moteur” de la campagne:  l’argent.  Qu’il ait été bien reçu chez Boeing surprend quand on se souvient de la proposition de délocalisation vers la Géorgie (où les droits syndicaux ne sont pas protégés) par Boeing.  L’épuisement du pouvoir syndical ces dernières années explique, du moins en partie, le rôle pris par l’argent, car le parti démocrate ne peut plus compter sur la mobilisation syndicale.  Enfin, la Géorgie jouera sans doute un rôle crucial dans la campagne de Newt Gingrich, qui en fait sa ligne Maginot.  Est-ce que les millions de Sheldon Adelson lui permettra de continuer?  Et est-ce que Adelson pense que Gingrich pourrait ramasser la mise– ou veut-il simplement contrer la menace de Santorum, un commandant en chef qui veut surtout devenir théologien en chef!  Autrement dit, Adelson, roule-t-il en fin de compte pour Romney?

Écouter l’émission:  La campagne républicaine vue par les démocrates

Lire le texte préparatif:  22 février 2012

Older »